S'installer comme Eleveur en 2019


J’ai 60 ans. Le temps a emporté les années comme le Mistral de ma Provence mon enfance. Il y a 54 ans j’achetais du haut de mes 6 ans ma toute première brebis Mérinos d’Arles. J’avais économisé de la vente des œufs de mes poules à toutes les voisines du quartier. Je m’en souviens encore, 300 Francs stockés sous mon lit dans une boîte en carton. De mes rêves j’ai fait une réalité. Le bonheur ce n’est pas de vivre sans problème, le bonheur c’est de vivre chaque instant avec son cœur malgré les difficultés. Je suis heureux.

De nombreuses saisons plus tard, j’arrive à l’âge de transmettre, en toute humilité, tellement je me suis ramassé de gamelles. Je parle avec mon cœur et avec sincérité. A chaque fois que je suis tombé je me suis relevé, mes genoux sont bien rapés. Mon cœur porte de nombreuses cicatrices mais il bat toujours. La Passion te fait souvent faire des trucs bien bien couillons je peux te le garantir. Et l’adage selon lequel le cordonnier est le plus mal chaussé est rétrospectivement, criant de vérité ! Mais la Passion n’a jamais cessé, aussi forte à 60 ans qu’à 6 ans, le berger est dans mon sang. Mes brebis sont le sel de ma Vie.

Mes textes ne sont pas la vérité, ils sont mes textes, et je les partage en espérant qu’ils puissent éviter certaines erreurs – que j’ai commises – à d’autres et rendre le monde un peu meilleur pour ceux et celles qui consacrent leur vie aux animaux et pour les animaux eux-mêmes. Ils sont mes compagnons de chaque instant.


Etre éleveur c’est s’habituer à vivre avec de grandes douleurs.

Dans une journée tu as 3 bonheurs et 3 malheurs disait un pasteur mongol.

Je trouve que c'est une excellente définition du métier d'éleveur.

L’élevage n’est pas un long fleuve tranquille, loin de là.

« Si tu veux être Eleveur dans le sens le plus noble de ce mot, trouve le cycle et trouve le rythme

qui enverront la plus belle Energie dans l’Univers. »

Mathieu Mauriès, 2016

 
PREPARATION DU PROJET

  • Rédiger votre projet sans limitations et le confronter à des personnes différentes pour avoir leur point de vue sur sa pertinence. Cette étape doit durer au moins une année.
  • Lister vos forces et faiblesses, et adapter votre projet en conséquence.
  • Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Diversifiez-vous dans des activités qui se complètent (ou pas) et qui vous passionnent.
  • Lire des livres, regarder des DVD pour comprendre les tenants et les aboutissants, rencontrer des éleveurs différents. Connaître l’histoire de notre Agriculture.
  • Trouver un Mentor pour vous guider sans vous téléguider.
  • Ne pas se faire piéger dans le système DJA … Ce que l’on vous donne d’une main on vous le reprend de l’autre. Pour vous faire une bonne idée par vous-même, demandez à 10 installés avec la DJA comment cela s’est passé ? La DJA sert à faire tourner un système (chambre d’agriculture, MSA et compagnie) et pas à aider les nouveaux installés.
  • La MSA est une machine à tuer les Paysans, cotisations exorbitantes pour des services de merde et une retraite largement en dessous du seuil de pauvreté. Prévoyez de faire votre propre retraite et envisagez le passage en société (SAS, SASU … avec un cabinet comptable qui connaît bien l’agriculture). Le choix d’un statut juridique est très important relativement aux charges sociales (Cf. la MSA qui réclame chaque année 2500 à plus de 3000 € selon les départements même en l’absence de revenu agricole). La création d’un société type SASU peut permettre de limiter les dégâts.
  • Faire petit et faire bien.
  • Ne pas travailler seul(e) et pour autant ne pas s’associer = collaborer et mettre TOUJOURS au clair et sur papier toute collaboration en prévoyant systématiquement une clause de rupture du contrat et la façon de la gérer.
  • Créer des communautés de pensée et de Vie, évitez l’isolement. L’agriculture doit être envisagée comme une mise en synergie de différentes activités agricoles sur un territoire (maraîchers, éleveurs, arboriculteurs, céréaliers …) et aussi non agricoles (formation, éducation, arts, transformation et vente des produits …).
  • La seule prévision économique valable, c’est la prévision de la catastrophe ! Prévoir le pire : quelles seront vos solutions de sortie ?
  • Pour analyser la faisabilité de votre projet, il est important de pouvoir aligner sur 5 années au moins et pour chaque activité que vous envisagez :
- Un budget des investissements nécessaires (matériel, animaux, plantes …)
- Les coûts de fonctionnement
- Un prévisionnel de recettes
- Et un compteur temps journalier pour chaque activité et à chaque saison pour toutes les taches incontournables comme nourrir les animaux par exemple ou récolter les légumes.

Ensuite pour chaque mois de chacune des 5 années il faut totaliser ces 4 éléments et vérifier que cela est cohérent avec votre budget financier et que la charge de travail est compatible avec le temps disponible. Gardez en tête qu’entre la prévision et la réalité il y a souvent un gouffre …

Dans votre projet ce n’est pas le lieu qui doit définir les activités à mettre en place mais l’inverse. Il faut d’abord élaborer votre projet technique et rechercher ensuite un lieu qui lui soit adapté.

  • Nourrissez votre âme avec la beauté de la Nature. Dans les moments difficiles, faire des photos et les partager m’a beaucoup aidé à prendre conscience de toute cette beauté qui m’entoure et à retrouver de l’énergie.

 
LES IMPONDERABLES


  • Le climat
  • Les épidémies
  • La réglementation européenne … et française qui fait souvent du zèle.

Avec les animaux il y a TOUJOURS des problèmes, il faut apprendre à vivre avec et savoir prendre du recul.
 
 
LE TROUPEAU & LES ANIMAUX 


  • Choisir des animaux de la meilleure qualité possible (origines génétiques, garanties sanitaires comme indemne de CAEV pour les chèvres …). Monter un troupeau de qualité demande 20 ans mais il suffit de 2 ans et de mauvais choix pour le détruire ... L’élevage n’est pas fait pour les personnes pressées !
  • Soyez rigoureux dans la protection sanitaire de votre lieu.
  • Créer des rythmes avec les animaux et surtout respecter ces rythmes. CHAQUE JOUR la même chose, de la même façon, à la même heure avec les mêmes personnes.
  • Apprendre à tuer et savoir tuer. Apprendre à gérer la mort. Apprendre le lâcher prise et accepter plutôt que de se révolter. Achetez un pistolet d’abattage tout de suite. 
  • Apprenez à utiliser votre propre corps et vos sens comme des outils de mesure des paramètres biologiques indispensables au bon fonctionnement de votre élevage.
  • Développez et suivez votre intuition …
  • Prenez le temps d’observer vos animaux afin de détecter les problèmes
  • Apprenez à nourrir des ruminants et pas des cochons, un herbivore mange de l’herbe !
  • Un éleveur élève en premier lieu des microbes, qu’ils soient dans l’environnement ou dans l’animal. Le principe est de travailler AVEC la Nature donc tu ensemences le milieu (les litières et le tube digestif des nouveaux nés) avec de bons microbes qui vont prendre la place et limiter la prolifération des microbes pathogènes et les maintenir à un niveau suffisamment bas pour qu'ils n'aient pas d'effets négatifs ! On est à l'opposé de la stratégie " moderne " qui consiste à stériliser le milieu et les animaux à grands coups d'antibiotiques, vaccins et autres désinfectants pour tuer les microbes pathogènes (mais on tue aussi les bons microbes qui sont nécessaires à l'animal et on sélectionne des pathogènes de plus en plus résistants).

 Entourez-vous de praticiens ouverts sur les soins alternatifs, branchez-vous sur les réseaux alternatifs concernant l’élevage …
 
 
LES CLES DU SUCCES

  • Aimer son activité !
  • Avoir de bonnes clôtures … c’est-à-dire qui maintiennent troupeau et chiens de protection dans le périmètre désigné. Les clôtures sont un investissement prioritaire. La périphérie de l’exploitation doit être clôturée en grillage solide.
  • Avoir une bonne formation théorique de base sur l’alimentation des animaux, la production des fourrages, la transformation. On ne devient pas éleveur en suivant une formation de quelques mois. La formation c’est tous les jours jusqu’à son dernier jour. Il faut beaucoup d’humilité. L’élevage ne fonctionne pas avec des recettes toutes faites, il faut arriver à s’intégrer dans un milieu complexe où se jouent des équilibres subtils.
  • Ne pas avoir peur de travailler 10 à 15 heures par jour (selon les saisons) tous les jours … sinon choisir un autre métier.
  • Avoir un bâtiment pratique et bien conçu pour limiter ses efforts, confortable pour les animaux. Bien penser : aux ouvertures, larges et faciles à ouvrir, à la possibilité de faire des lots d’animaux, à la distribution de l’eau (attention au froid, attention aux rats qui peuvent détruire les conduites). Un mauvais bâtiment est un tueur …
  • Vivre chaque seconde, se souvenir chaque matin de l’incroyable chance que l’on a de vivre et travailler avec des animaux.
  • Tester le projet avant de se lancer pour de bon
  • Faites-vous des petits plaisirs, c’est bon pour le moral
  • Vous n’aurez qu’une seule Vie (pas une vie professionnelle et une vie privée) les animaux c’est 24/24 7/7. Soyez assuré(e) que votre conjoint(e) en est bien conscient (autant que peut se faire).
  • Viser 2 jours de liberté par mois et partir … même à quelques km.
  • Avoir chez soi un endroit confortable pour se ressourcer, c’est indispensable.
  • Faire connaître son activité (site Web …)
  • Produire et transformer avec Amour
  • Avoir de bonnes installations de travail, confortables et pratiques
  • Investir dans de très bons habits de travail pour se protéger des intempéries, du froid, de la pluie, de la chaleur. Prendre toujours des bottes une taille au-dessus de votre pointure.
  • Prenez soin des petits détails (eau propre … )

 
Equation du succès = compétences & force de travail + bâtiments + animaux + commercial + gestion administrative + famille (conjoint / enfants)
Si l’un des éléments est défaillant c’est tout le système qui s’écroule …
 
 
Quelques indispensables à voir et à lire AVANT le projet et sa rédaction


 
PAYSAN RESISTANT
LIVRE
Benoît Biteau
Editions Fayard


UNE AUTRE FIN DU MONDE EST POSSIBLE

LIVRE
Pablo Servigné, Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle
Editions du Seuil


COMMENT TOUT PEUT S’EFFONDRER

Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes

LIVRE
Pablo Servigné et Raphaël Stevens
Editions du Seuil


ON A 20 ANS POUR CHANGER LE MONDE

LIVRE
Maxime de Rostolan
Editions Larousse


PERMACULTURE
GUERIR LA TERRE, NOURRIR LES HOMMES

LIVRE
Perrine et Charles Hervé-Gruyer
Editions Actes Sud


VIVRE AVEC LA TERRE
LIVRE (3 tomes)
Perrine et Charles Hervé-Gruyer
Editions Actes Sud


SANTE ANIMALE
ET SOLUTIONS ALTERNATIVES

LIVRE
Gilles Grosmond
Editions France Agricole


LA SOBRIETE HEUREUSE
LIVRE
Pierre RABHI
Editions Actes Sud
 
 
VIVRE AVEC LA FORET ET LE BOIS
PORTRAITS D’ACTEURS ENGAGES

LIVRE
Pascale Laussel
Editions Relier – Réseau pour les alternatives forestières
 
 
LES CHEVRES DE MA MERE
DVD
Sophie AUDIER


SOLUTIONS LOCALES POUR UN DESORDRE GLOBAL
DVD
Coline SERREAU
 
 
LES MOISSONS DU FUTUR
DVD
Marie-Monique ROBIN
 
 
SACREE CROISSANCE
DVD
Marie-Monique ROBIN
 
 
SACRE VILLAGE ! Ungersheim en transition
DVD
Marie-Monique ROBIN
 
 
NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT
DVD
Jean-Paul JAUD
 
 
LE VERGER PERMACULTUREL : AU-DELA DU BIO
DVD
http://www.permacultureorchard.com/fr/produit/le-verger-permaculturel-au-dela-du-bio-dvd-francais/
Stefan SOBKOWIAK (Québec)

© Mathieu Mauriès 2019