Bouledogue Français



Les petits Bouledogue Français 100 % fermiers du Hogan des Vents



Le repas d'une portée de Bouledogues Français avec leur maman


N'oublions pas que les bouledogues français vivaient à l'origine dans les écuries où ils faisaient la chasse aux rongeurs indésirables ... ils sont donc aussi à l'aise dans un cadre campagnard que sur un canapé.


N'oublions pas que les bouledogues français vivaient à l'origine dans les écuries où ils faisaient la chasse aux rongeurs indésirables ... ils sont donc aussi à l'aise dans un cadre campagnard que sur un canapé.

Gandalf bouledogue français du Hogan des Vents

GANDALF du Hogan des Vents

L'élevage du Hogan des Vents (Certificat de Capacité 04-032) est situé depuis 2017 en Haute Garonne à une heure de Toulouse. Il est né de ma passion pour les animaux qui remonte à ma toute petite enfance et qui ne m'a jamais quitté depuis ! Mes chiens vivent dans un environnement varié et stimulant. J'élève dans le respect de mes chiens en leur apportant soins et affection à tout moment de la journée. Cinq générations de bouledogues vivent à la maison. Plus important encore cinq générations nées de façon naturelle pour des chiens en pleine santé. Mes chiots sont élevés avec Amour et ils partent plein d'Amour pour apporter joie et bonheur à leurs futurs propriétaires. C'est ma façon de mettre de la lumière dans notre monde d'humains devenu si impitoyable tout occupé qu'il est à consommer sans aucune modération et en détruisant notre planète. Mon travail nourrit ainsi votre cœur et vous me permettez de faire de mes rêves d'enfant une réalité au quotidien ce dont je vous suis infiniment reconnaissant.

Titulaire d'un diplôme d'ingénieur en Agriculture et d'un Doctorat en Nutrition Animale j'ai exercé comme enseignant, chercheur et consultant avant de m'installer comme simple éleveur. La Science telle qu'elle est aujourd'hui diffusée dans notre monde moderne m'apparaît comme une vaste imposture au service de multinationales sans scrupules. 

Notre environnement, nos animaux, notre santé se trouvent empoisonnés par une agro-industrie dont le seul objectif est le profit quel que soit le prix à payer pour la planète et les générations à venir. J'ai donc choisi de travailler avec des voies alternatives et je soigne tous mes animaux par homéopathie, ostéopathie et en utilisant la Méthode Tellington TTouch pour laquelle je suis Praticien 1 certifié. 

Contrairement à la plupart des éleveurs qui remettent les chiots à leurs nouvelles familles à l'âge de 2 mois, je conserve les miens à l'élevage jusqu'à 3 mois (sans augmentation de tarif !). En effet l'apprentissage des codes canins se fait principalement pendant les 12 premières semaines de vie et les échanges entre les chiots et les adultes de ma meute sont très intenses entre 2 et 3 mois. Il est important que mes bébés vivent pleinement leur vie de bébé au sein de leur famille, cela ne peut être que bénéfique pour leur nouvelle vie.

Il ne faut pas oublier que le concept typiquement occidental de <RACE> est très récent, à peine plus d'une centaine d'années, face à des milliers d'années de sélection par les éleveurs sur des populations animales dont la variabilité génétique était une richesse par opposition aux standards modernes qui figent nos chiens dans des postures d'exposition sans tenir aucun compte de la santé ou du bien être des chiens, en soi un véritable scandale que je dénonce haut et fort.

Ma sélection écarte les hyper types du bouledogue (dos très court, grosse tête à face très écrasée, musculature très imposante) qui conduisent à de nombreux soucis de santé sur les chiens et à l'impossibilité pour les chiennes de mettre bas naturellement et à l’impossibilité pour les mâles de saillir naturellement. Je privilégie les modèles harmonieux et plus légers en tête dont EDGAR du Hogan des Vents, ci-dessous en photo, est un très bon exemple. A sa création la race bouledogue français était en effet beaucoup plus légère en apparence  que les actuels bouledogues et c'est vers ce type d'origine que s'oriente mon travail de sélection.

Aujourd'hui j'en viendrais à dire que je veux élever avec fierté du bouledogue français <Ancien Type>.


Bouledogues français du Hogan des Vents en situation de jeu
Bouleedogue français fermier du Hogan des Vents

Dans la revue du Club du Bouledogue Français (CBF - bulletin N°1 de 2011) il est intéressant de noter les conclusions d'un article passionnant du Professeur Vétérinaire Gerhard Oechtering :

«  Il est grand temps de repenser en profondeur les critères de sélection des races brachycéphales [comme le bouledogue français]. La brachycéphalie est uniquement induite par l'Homme ... Les Fédérations et les Clubs de Races et leurs conseillers scientifiques sont confrontés au défit de sauvegarder ces vieilles races. Malgré quelques efforts, les standards de la race doivent être encore modifiés, et être basés sur l'état de santé de l'animal et non pas seulement sur son apparence. Avoir un museau un peu plus long ne va pas altérer la personnalité unique de ces chiens. »

Il va sans dire que je partage totalement ce point de vue et que voir naître chez moi des bébés bouledogues français avec du nez ne me pose aucun problème et me ravit au plus haut point.

Pendant de nombreuses années j'ai présenté des chiens en expositions notamment mes chiens de protection de troupeau et j'étais le seul à le faire. Mais j'ai décidé de ne plus participer aux expositions canines car je ne veux plus cautionner le système mis en place par la cynophilie moderne (LOF, standards, expositions) qui participe activement à la destruction des races qu'elle est sensée préserver et qui sacrifie sans vergogne santé, rusticité et qualités d'élevage sur l'autel des apparences d'un monde moderne qui ne respecte rien si ce n’est l’argent et une frivolité que je trouve totalement déplacée concernant des êtres vivants. Je vous invite à lire mes articles dans la section « Mes publications » dans laquelle j'explique, entre autre, pourquoi je parle des expositions comme d'un monde des illusions.

Enfin vous envisagez de faire l'acquisition d'une chienne et de < l'amortir > en produisant des portées ou de faire l'acquisition d'un chien et de < l'amortir > en faisant des saillies ... et bien vous risquez d'être fort déçus ... malgré des prix de vente qui paraissent importants, le coût réel de l'élevage est bien souvent encore plus important. Je parle là d'élevages sérieux qui pratiquent une réelle sélection, et non pas de commerçants qui font de l'achat et de la revente de chiots à bas prix.

Complicité et harmonie entre bouledogues français et patous

Complicité et Harmonie

Chiots la plupart du temps importés des pays de l'Est et dont il vaut mieux de ne pas connaître les conditions d'élevage ou plutôt de production ... chiots souvent sevrés trop jeunes, à la santé fragile et au mental détruit, par la suite source de comportements totalement inadaptés. Si vous pensez faire de l'argent facile en élevant des chiens, je peux vous garantir que vous faites vraiment fausse route ! Prenez bien le temps de réfléchir à votre projet ...

L'élevage c'est beaucoup de joies, beaucoup de peines, beaucoup de travail et aussi des rencontres extraordinaires.


Chiens bouledogue français du Hogan des Vents

Avant de faire l'acquisition d'un chiot je vous conseille de lire avec attention la rubrique < LE CHIOT > de mon site. L'accueil d'un nouveau compagnon demande un effort de la part de toute la famille afin que le chiot se transforme sereinement en chien heureux et équilibré. Il est particulièrement important de connaître et de respecter ses besoins.

Le chiot et le pipi !

Les animaux fonctionnent à l'habitude. Il faut donc établir une routine qui sera prévisible pour eux. Les chiots font leurs besoins lorsqu'ils se réveillent le matin ou après une sieste et après avoir mangé. Il faut donc caler un rythme autour de ces évènements sachant qu'avant 6 mois ils ne peuvent pas se retenir. Il faut donc les sortir le plus souvent possible, pratiquement toutes les deux heures les premiers jours.

Toujours les féliciter lorsqu'ils font leurs besoins dehors et ne jamais les gronder s'ils les font à l'intérieur, juste ignorer le fait sans pousser de grands cris. Ce sont des bébés ils ne comprendront pas pourquoi vous êtes énervés.

La petite maison de votre chiot (sa boîte de transport qui vous est offerte) devra être accessible en permanence avec ses jouets et des  os crus. Il doit apprendre à rester enfermé dans sa petite maison toute la nuit et puis quelques heures par jour mais pas plus de deux heures d’affilé.

Ce dernier exercice est à mettre en place progressivement en votre présence (10 minutes, 15, 20 ... jusqu'à 2 heures) et puis en votre absence. Enfermé dans sa petite maison le chiot se retiendra au maximum de faire ses besoins.

Comme en toute chose il n'y a pas de solution miracle, il faut tester des options qui conviennent à votre mode de vie en respectant les grandes règles énoncées plus haut.

Le drame de l’élevage canin c'est qu'aujourd'hui l'éleveur qui est dans le « système » (club, expo, SCC ...) met en avant des résultats tels que l'absence d'anomalies vertébrales ou cardiaques (ou d'autres problèmes d'origine génétique) comme un porte drapeau pour démontrer qu'il est super bon éleveur (?) ... Quand je vois que le club du bouledogue français autorise 4 césariennes sur une chienne je trouve cela inadmissible, c'est purement et simplement de la maltraitance. Je suis fier de dire que j'ai quitté ce club à l'éthique plus que douteuse.

Le monde est devenu tellement artificiel et superficiel qu'ils ont tous oublié qu'un chien en bonne santé c'est juste l'état normal d'un chien !!! Les clubs font de la collecte de tares génétiques mais pas du tout de réelle sélection génétique car le système est vicié dans ses fondements mêmes. L'autre drame de la cynophilie en France est qu'elle est totalement tenue par le milieu vétérinaire donc des personnes uniquement axées sur la maladie et en aucun cas sur l'élevage. On voit les résultats aujourd'hui … Ce sont des zootechniciens (des spécialistes de l'élevage) qui devraient gérer la SCC.

Mes chiens et mes chiots côtoient tous les jours mon troupeau de chèvres, mes ânes, mes moutons et mes Chien de Montagne des Pyrénées, mes Kangal, mes Mâtin Espagnol, mes bulldog anglais ancien type et mon berger des Pyrénées ! Une très grande variété qui leur ouvre l'esprit !

Mes chiots sont élevés au sein d'une meute qui vit libre dans ma ferme. Ces conditions de vie apportent à mes bébés un très bon équilibre mental. Les chiots sont ainsi éduqués par tous les adultes de la meute. Ils sont parfaitement socialisés et suivis sur le plan sanitaire. Les chiots sont remis à leur futur propriétaire à 12 semaines, pucés, vaccinés, vermifugés et accompagnés d'un gros sac de croquettes adaptées à leur croissance, d'un contrat de vente, d'une notice d'élevage, d'un certificat de bonne santé de notre vétérinaire, d'un passeport européen et de leur certificat de naissance délivré par la Société Centrale Canine. Je m'engage à suivre mes chiens durant toute leur vie et tiens à rester en contact avec leurs propriétaires.

FARA du Hogan des Vents

Un VRAI bouledogue français typique avec du nez et qui respire ...

une chose somme toute assez normale ... mais tellement rare ...


Je considère mon élevage comme un véritable écosystème. Quels que soient les élevages pratiqués (chiens, ovins, bovins, porcins ...) le premier animal qui est élevé par l'éleveur est le microbe. Les techniques que j'utilise et qui - je le reconnais - peuvent paraître choquantes au premier abord visent à développer sur l'ensemble de ma ferme une population de microbes favorables à mes chiens, mes chèvres et mes brebis, population dont le rôle principal est de contrer le développement des microbes pathogènes et des parasites. Cela vise également à stimuler le développement d'une immunité naturelle chez mes animaux en laissant survivre une population résiduelle de pathogènes sans que leur action négative puisse s'exprimer.

Tous mes animaux (chèvres, moutons, porcs, chiens) dorment sur une litière de paille accumulée c'est-à-dire que je rajoute des couches de paille propre régulièrement sur le dessus (c’est le principe des toilettes sèches dans lesquelles on utilise en général de la sciure de bois). La paille est un très bon isolant, un très bon absorbant et surtout elle est 100 % biodégradable. L'intérêt de laisser accumuler la litière est qu'une activité biologique intense se développe dans les couches profondes avec un début de transformation vers l'humus qui est un activateur biologique des sols naturel. En hiver cette même activité biologique dégage aussi de la chaleur qui est un élément de confort supplémentaire pour mes petites races de chiens (quand même chauffées avec des lampes). Bien que je ne sorte la litière qu'une fois par an, cette litière qui est donc vivante et biologiquement active ne dégage absolument aucune odeur (les inspectrices de la DSV qui sont venues me contrôler en ont été les premières surprises). 

Lorsque la paille est ajoutée régulièrement, la litière est très confortable pour les chiens. Afin de favoriser un bon microbisme mes litières sont régulièrement ensemencées avec du Kéfir (produit disponible au comptoirdesplantes.com).

A l'égal de l'élevage, le premier travail des cultivateurs c'est de cultiver les microbes du sol et pas les plantes comme on pourrait l'imaginer. Quand le sol est bien vivant, les plantes poussent sans avoir besoin de recevoir toute la panoplie chimique qu'on voudrait nous faire croire indispensable (enfin surtout ceux qui en tirent un profit honteux). Les forêts poussent depuis des millénaires sans engrais chimiques ni pesticides !

Depuis des années je n'utilise plus aucun produit chimique dans mon élevage et je trouve que c'est bien pour l'environnement et pour la planète. Mes biberons pour les agneaux qui ne sont pas lavés ne sentent pas mauvais tout comme les gamelles de mes chiens, un film bactérien recouvre toute la surface interne des contenants et empêche le développement des moisissures. En définitive c’est moins de produits de nettoyage, moins d’utilisation d’eau, moins de rejets polluant dans la nature et moins de travail pour l’éleveur qui a aussi plus de temps pour observer ses animaux, son vrai travail.

J'ai également décidé d'offrir à mes clients qui ne possèdent pas d’autre chien une grande caisse de transport avec chaque chiot de façon à faciliter leur adaptation à leur nouvel environnement.

Les chiots sont habitués tout jeunes à s'amuser et à dormir dans ces caisses de transport qui constituent pour eux un repère très important. Dans la nouvelle famille la caisse représentera une zone familière pour le chiot. Elle sera également très utile dans le processus d'apprentissage de la propreté.

Dans le domaine des animaux de ferme pour connaître la valeur génétique additive d’un taureau laitier c’est-à-dire la valeur génétique qu’il va transmettre à sa descendance, il est nécessaire de connaître la production d’au moins 50 de ses filles … et encore le coefficient de détermination, qui indique la fiabilité du résultat, reste-t-il très moyen pour ce nombre de filles. Plus les filles à être évaluée pour leur production de lait seront nombreuses, plus le coefficient de détermination sera élevé de même que la connaissance réelle de la valeur génétique additive du taureau.

Quand on considère maintenant l’élevage canin au regard de ces chiffres, on voit que la maîtrise de la génétique ne peut être que très approximative dans la mesure où il est impossible de déterminer la valeur génétique additive des mâles et encore moins celle des femelles. On est loin mais vraiment très loin d’une réelle sélection génétique. Un vrai travail génétique implique de quantifier précisément les caractères étudiés sur un animal et d’étudier leur héritabilité. Le plus sérieux des généticiens s’étoufferait en sachant que chez le bouledogue français le standard autorise une variation de poids de 8 à 14 kg à l’âge adulte. Autant faire de la sélection dans un troupeau où se trouveraient à la fois des zèbres et des poneys shetland.

Donc en élevage canin les résultats de la « sélection » ont autant de chance d’être le fruit d’un complet hasard que d’une approximative démarche scientifique. La variabilité est telle que deux mauvais sujets pourraient tout à fait donner naissance à un champion. Néanmoins la probabilité que cela arrive est faible. En génétique tout revient à un calcul de probabilité. Deux chiens parfaits ont plus de chance de donner naissance à de beaux chiots que deux chiens moins parfaits. Mais ils peuvent aussi donner naissance à des chiots très imparfaits. Rien n’est jamais gagné, et c’est aussi cela qui fait tout l’intérêt de l’élevage. Rien n’est jamais acquis.

Pour sélectionner il faut produire beaucoup, trier et éliminer. Celui ou celle qui ne sait pas faire cela n’est pas un éleveur car c’est la définition même de l’élevage. Il faut aussi avoir le courage de prendre les bonnes décisions. Faire naître génération après génération des chiots par césarienne ne peut que conduire à des impasses en termes de reproduction. Dans notre société actuelle le retour de bâton peut être redoutable pour les éleveurs … Les chiennes qui ne sont pas capables de mettre bas naturellement devraient être systématiquement éliminées de la reproduction tout comme les hyper types qui ne font qu’aggraver cette situation. Eleveurs laisserez-vous une race devenir si artificielle qu’elle n’aura bientôt plus de chien que le nom ? Mesdames, Messieurs les juges vous portez une très grande responsabilité dans les dérives que nous pouvons observer dans les rings des expositions … vous êtes les premiers responsables lorsque vous donnez des titres de champion à des chiens qui sont de véritables handicapés de la vie.

La race Bouledogue Français (ressources internet)

Le bouledogue français et la respiration - Le bouledogue français fermier made in Hogan des Vents

Les Bouledogue Français du Hogan des Vents sont sélectionnés dans les standards de la race, tels qu'ils étaient à l'origine.

Les Bouledogue Français du Hogan des Vents à travers les années

  • BUDDY bouledogue français fermier du Hogan des Vents
  • Bouledogue français adulte en promenade au Hogan des Vents

Mes chiens, mes chiots, à la maison, et dans leurs nouveaux foyers.

Santé, tempérament et rusticité au cœur de ma sélection. A ce jour tous mes chiots sont conçus par saillies naturelles et naissent tout aussi naturellement. Depuis de nombreuses années il n'y a plus aucune césarienne sur mes chiennes Bouledogue français.

Hogan des Vents : le Bouledogue Français garanti 100 % fermier.